10/27/2009

Barbacoa en la Playa

Le dimanche, 25 octobre 2009

Une autre journée merveilleusement chaude, pas trop venteuse, avec un soleil qui chatouille. J’embarque avec la généreuse p’tite famille De Kadt une fois de plus pour aller me faire croûter de sel et de sable à la plage d’El Palmar. Je marche vers le grand bleu infini une fois de plus, sac-à-dos de cuire laitte sur une épaule, et guitare de Gab (est d’jà pleine de sable anyways) sur l’autre grâce ma strap patentée à la Séguin avec corde à bracelet/foulard/bandeau élastique de ma head-lamp…

Mais aujourd’hui, à peu près tous les extranjeros du villâge sont de la partie, et notre set-up de parasols ressemble à un petit oasis de palmiers au milieu d’un désert de sable. J’ai rencontré des nouveaux visages : Heather, Pauline & Les, etc… Après une première saucette dans l’océan Atlantique (ben oui, juste comme ça) un peu refroidi par l’automne, on sort le charcoal ! Certains sont toutte équipées avec le mini-bbq, les De Kadt préfèrent la méthode « trou dans le sable et cercle de pierres ». Et moi qui a été trop désorganisée pour aller chez le boucher quand c’était ouvert (donc PAS un dimanche matin, DUH!). Bien sûr, ma mal-prévoyance est utile comme tous ont apporté de la bouffe en quantité industrielle. Oui au point qu’on a eu du gaspillage… there’s so much a cooler can do ! On peut pas rapporter grand-chose après une belle journée ensoleillée de même !


Tisha le gardien du keg, Les de cuisiner extraordinaire, et Jann le... ben, Jann.

Jann sort de son sac cooler… un keg. Sans blague, un mini-keg de 5 litres de Cruzcampo, pompe incluse! Et c’est pas tout ! Il l’a eu gratuitement au Carrefour en ramenant ses bouteilles vides ! Normal, le machin valait rien, ça sortait en une broue phénoménale, y’avait pas de truc, même après les 10 premiers verres… en plus elle était chaud. Au moins ça a servi à éteindre les BBQ avant de partir ! Crevettes, ribs, sardines, saucisses, porc… tout goûte meilleur au BBQ. Un autre festin irraisonnable. Je pensais caler comme une brique lorsque je suis retournée à l’eau, mais non ! Vivement l’eau salée ! Ce que je suis une bonne nageuse dans l’océan !


La guitare s’est pas promenée trop trop de mains en mains, même Gab et Jann, tous deux propriétaires de guitares qui résident en ce moment dans mon salon, ont pas voulu jouer. Enfin, Jann a joué un peu avec les cordes basses, mais ça compte pas… J’ai fait un peu de surfboard, sans trop de succès et multiples wedgies de vagues. Je devrais avoir des photos kek temps comme papa Gab a passé la moitié de la journée caméra à la main à prendre des photos des p’tits, et des shots clandestines de tous… paparazzi … même dans l’eau jusqu’au nombril, dans les vagues avec la caméra à bout de bras, rien ne l’arrête !

Dernière collecte de coquillages, dernier cycle de séchage sous un soleil qui tire sur l’orange, avec un angle de soirée… puis on ramasse tranquillement, bas canadiens et sandales sports aux pieds… et on rentre, roulant en zig-zag sur les routes de campagne bordées d’oliviers et cactus, Amy Winehouse en musique de fond… les feel des vagues encore dans les tripes… les yeux lourds, pognant un glimpse du coucher de soleil entre chaque cognage de clou, couleurs d’or derrière les éoliennes…

Un sommeil profond est assuré à chaque jour de plage !

El Luca y su Paella

Saturday, October 24th 2009

Woke up early that morning, really excited about the day events : eating and drinking from 1pm to whenever our body can’t take it anymore. Or maybe it was because of the time change, anywho, early indeed, yet I somehow managed to stall all morning before going on my little quest to 1) update my blog and 2) go to the market. At the Plaza Alameda (free wifi!) I saw Bob and Claire and told them proudly, as it was my first invitation to a Spanish house, that I was off to Jose’s place at 1pm. They said “so… in 15 minutes?” Like a smartass, I told them they forgot to change the time. “No no, that’s tomorrow I’m sure.” Zut, smeggin Angel… So I rush, more than is necessary in Andalucía, to go back home get ready, go buy 2 liters of warm Cruzcampo in the Super Arcos and find Jose and Beatriz’s house.

And did I ever find it! What a contrast that gorgeous mansion is to the white, moldy, narrow, cavern like houses of Plaza Alta! I have to say I was a bit shy to walk up and down the marble staircase in my 2 euro gipsy skirt and half-decomposed Brussels slippers… I can hear Vero “tsk-ing” in my head, but know that, at least from the people I’ve had the chance to meet yet, Spaniards don’t care for clothes and looks and the price of your wine as long as you share! So! Warm beer in the fridge, sparkling wine out. Jose was carving out his first jamón ever, 5 acorn ham leg watch out! Means the pig was fed only acorns his whole destined-to-be-luxirious-food life. Pretty much the equivalent of 5 stars ham, and boy did it taste like the best! It was placed on a fancy support and Jose agilitily... agilely? cut thin strips off with a long knife, while Beatriz showed me around their castle. Lovely place!

Ah, phone call from Angel who was NOT on his way as he should have been, since he’d just woken up with a bad hangover from the high school reunion he’d had the previous night. Which did not stop us from starting to eat without him. He and Carmen arrived in time to have a look at Jose and Bea’s wedding photo album (classic and inevitable!) and have a quick strum on the “top string”-less guitar. I only got a small preview of Jose’s skills, mark my words I’ll get him to play again… Bit of beer, sausage, empanaditas, more heavenly jamón, and cheese later, and we’re off to EL LUCA for Curro’s legendary paella. (Another Curro I know, this one is the owner of El Luca).



El Luca, and the view from there... gorgeous...


Mmmmm pealla (watch out, pronounced pa-èdja here).

Fernanda, Curro, Victor, the De Kadts, Israel, (all names you should know by now!!!) were there and more new people. We sat on the front terrace as the weather was fantastic, and the day went by dizzyingly fast, going back and forth in Spanish and English… learned still more palabrotas and local expressions which will prove to be useful one day I’m sure. Some of the joking around that occurred later on in the night help marked down the limits of the professional vs friendly relationship I have with certain colleagues (*ahem-jose-ahem*), which is basically: outside the school, not my boss.


When hunger struck again, I joined some peeps at La Cabaña for delicious, yet heavy, tapas... when the fried calamari plate arrive and we already felt full to the brim, I can’t deny I was pig and ate half of it. Back at El Luca, the colegio crew had paid the tab and run away (Oi! Spanish men and feminists will never agree on sharing a bill… but this was the last time I swear, I’ll be on the ball next round!). I didn’t mind much that my friends were gone as my stomach regretted the over-indulging a bit and I was quite sleepy, so I wobbled heavily home… not even midnight, pff… but hey, we HAD been drinking since 1pm! No shame!

10/26/2009

El Campanero

Le vendredi, 23 octobre 2009

“Really? You’ll introduce me to people my age? ROCK ON!” And this is how I ended up at the Campanero, a bar way at the bottom of the village, past the school, to meet Yessica’s buddies, who were… well, closer to my age than most of the folks I’ve met yet. Nice bar, good music and a very fun bunch. I actually semi-joked in Spanish for the first time! I’ve still go work to do before I can full out joke around and pull Spanish puns out of my ass, but till then they must get a taste of my sarcasm to get used to it you see… you just wait, Angel, you just wait...

I met a Paqui, who lives in Benalup (real close) and speak a very clear, very international Spanish. I understand every single word she says! Probably because she’s worked a lot with foreigners whose Spanish was meh. I also met a Gema who teaches English and wants to practice her pronunciation with me. Bring it on!

There was a group in the corner constantly clapping hands every time a flamenco song came on, and Yessica said “they’re gypsies”. Believe me, apart from the constant clapping and slightly darker skin, gypsies don’t fit the dirty bohemian stereotype. They’re just like you and me! 'cept they bring their kids to the bar until midnight... And this is how I met José Antonio (5 yrs old, goes to my colegio) who was playing pool or some game he invented at the pool table until very late, as his gipsy mom was a friend of Yessica's! I would not have been surprised to see him drinking beer.

Thanks to the guys, I learned quite a few palabrotas (naughty words…) since I’ll certainly not learn at the school! Later on, I met with Fernanda and we went to the San Jorge, the non-Irish Irish pub, to join Victor and… forgot the name. The creepo-guy with bad teeth who was there last time I went to that pub was still there, still wearing the same shirt, and still flirting unsuccessfully. We didn't stay very long, big "Beer and Paella" day tomorrow!

10/23/2009

Take Me Oooouuuuuuut Tonight !

Le jeudi, 22 octobre 2009

Ici le temps a changé, ce matin il pleuvait des cordes («estaba lloviando a cántaros!» Cantaros = pitchers ) donc je suis arrivé à l’école trempée de la tête aux pieds malgré mon imper de MEC, ce qui a bien fait rire plusieurs collègues… en plus il y avait kek genre de réunion de parents qui finissait alors que j’entrais dans le hall d’entrée, j’ai reçu quelques regards de pitié. J’ai séché toute la journée.

J’espérais qu’il cesse de pleuvoir parce qu’Angel avait suggéré qu’on sorte à Chiclana en soirée (il vit là) SI il faisait beau… Vers 14h, un coup d’œil au ciel bleu, un autre à Angel, et le verdict : we are goin' outah!! Eille j’étais tu pas pompée rien qu'un peu! On s’entend-tu que c’était ma première soirée hors d’Alcalá! Eh oui, 20kek jours après mon arrivée, c’est la première fois que je sors du village en soirée! Jose et Beatriz m’ont ramassé devant l’église de Plaza Alta. Quand j’ai vu approcher le char sport rouge, j’me suis sentie comme une p’tite ado pré-pub qui s’en allait au bar pour la première fois… et on avait rendez-vous avec Angel et sa copine Carmen, devinez où, à un McDo de Chiclana.



The gals (Beatriz y Carmen) and the guys (Angel y Jose)

...tu vois maman, ils sont tous déjà
pris!

Les filles magasinaient pour une lampe pendant que les gars magasinaient pour des bicyclettes. J’ai taggé along avec les filles. On s’est rendus à la plage pour regarder le soleil se coucher à partir d’une terrasse de chiringuito (bar qui donne sur la plage). Puis, on est allés bouffer des tapas typiques du coin dans une bodega dont les murs étaient cachés par une tonne d’énormes barils. Et crime, j’ai oublié de prendre des photos… J’ai goûté à! voyons voir...un serranito (petit sandwich de jamon serrano, de piment rouge, et de kek partie du porc en tranche mince), une tite saucisse de chorizo flambée, une brochette de poulet (pincha?), du calamari frit, des patates frites avec une sauce crémeuse pimentée (patatas... bravas? caution : might be hot) et un vino dulce exccccellent. Comme vous voyez, les légumes ont pas ben ben leur place ici! On a trouvé une autre place cute et… vide. Les jeudis soirs sont tranquilles ici, mais on était très vivants! Cependant, quand j’ai lancé un « All right, y las discotecas? Vamos a bailar? », je ne m’attendais tellement pas à leur appui… une chance parce que je l’ai pas eu!

Je déclare que je travaille très fort à essayer de les comprendre quand ils parlent, quoique j’avoue que ça m’arrive par boutes de fazer out en bon français… disons que c’est plus facile de tomber dans lune quand ce qu’ils racontent sonne pas pentoute comme une histoire mais comme un chanson qui veut rien dire. Même si je leur rappelle tout le temps « mas despacio por favor! » et que ça me fait sentir ben fatiguante… quand c’est MOI qui parle, ça va, je vais à mon rythme, j’arrête à chaque quelques mots pour demander « how do you say (…) in spanish? », puis la conversation continue. Mais s’ILS partent sur un sujet dont 1) je ne connais pas les gens et le contexte et 2) j’entend PLEIN de nouveaux mots, ooooooouuublie ça. Quand tout à coup il y a un trou de silence dans la conversation, une personne parmi la gang se tourne vers moi et demande « entiendes? » et je fais « HAH! No. » ou, pour pas qu’ils se sentent trop mal, je dis « iiiiiun poquitito…? » (un tout petit peu!). Mais ça va! Ça me force à m’habituer à l’accent et la non-existence du « S ».

Angel a même suggéré que, à cause toute la pratique d’espagnol que j’ai eu ce soir-là, on skip un día del español à l’école et qu’on passe à un autre English Day. Ma tête spinnait tellement de nouveaux mots espagnols que j’ai pas pu dormir!

Un mardi soir hors de l'ordinaire...

Le mardi, 20 octobre 2009


Ça sent la pluie dans l’air, mais ça devrait pas tomber avant la fin d’après-midi. Donc j’en profite pour aller voler la guitare de Jann, comme j’ai pas de sac/case de guit pour protéger l’instrument de la pluie… Et bien sûr prendre avantage de leur internet pour envoyer un gros BONNE FÊTE à Joëlle. Turns out qu’il avait seulement mis la moitié des cordes parce qu’il devait agrandir les petits somehow parce que la plus grosse corde basse rentrait pas dans le trou. Le v’là qui gosse dans le mini trou avec le tournevis long d’un pied et une vis trop large à mon goût, pendant que Miriam on plisse les yeux et on grince les dents au son du bois qui craque… «iiiiish Jann Jann Jann… t’es SÛR que tu veux faire ça ??? Demande donc à Bob qui si y’a pas un truc!» «Don’t worry ! I saw a classic guitar with its strings on at the Flamenco museum the other day ! I know how to do this!» Quand il a enfin réussi à faire rentrer toutes les cordes, je lui ai fait remarquer que…ben… «je suis pas gauchère, donc les cordes sont toutes dans le mauvais sens...». J’ai trouvé ça ben drôle, même si j’ai tout refait à la maison. Ensuite ils m’on invitée à ester pour souper ! w00t ! Deuxième souper dans une maison d’Alcalá autre que la mienne ! (la première étant chez Bob et Claire)


Puis, direction El Luca pour pratiquer mon espagnol avec Fernanda et Curro ! Attention, les jolies rues en pierres pittoresques sont traîtres quand il pleut, j’ai failli planter quelques fois ! Il a commencé à pleuvoir à sillots, ou plutôt « llover a cántaros » comme j’arrivais, mais j’ai évité le pire. Le pire, c’est Jann qui l’a reçu de plein fouet avec un vent horizontal, eh oui, on le voit tu arriver avec Tisha (la chienne de 19 ans…), tout trempe à lavette !


Après quelques verres, les langues étrangères sont soudainement plus faciles… Puis, vers 2h du matin, juste comme me disais que ça serait un bon temps pour rentrer, Fernanda lance un «Vamos a la casa de Curro en el campo!» (on s’en va chez Curro, en campagne!). J’ai pensé ouf… chépas là… et Victor a ajouté « voy a buscar mis CDs de Radiohead parati!». ...ok!!! I’m in ! À peine à 10 minutes de route plus loin, on se retrouve sur le domaine de Curro… wow, même de nuit on peut dire sweeeet ! Beau terrain, belles fleurs, beau GROS chien poilu et poli (j’hais assez ça des chiens-rats pas d’poil qui jappent comme des hamster…) et une cabine exprès pour le party : c’est-à-dire avec un système de son, un gros fridge et suffisamment d’espace pour danser sur Radiohead jusqu’à… 5h du matin. Hm, à main levée, qui qui travail demain ?

Los Alcornocales


Le dimanche, 18 octobre 2009


What’s better than resting the day after a long trek in Los Molinos ? Another long walk in Los Alcornocales! A 4 hour walk this time! Yesssssir, Jenny let me know there was an empty spot in the car if I wanted to join the Pavo Troton group (“The Jogging Turkey”) on their walk in the natural park… which turned out not to be such a “walk in the park”, especially for british niños!


We were a group of 15 some early risers (up at 8am, it’s still dark here at 8am btw…) who drove about fifteen minutes out of Alcalá to start the hike. The weather was gorgeous, not a cloud in the sky, but not too

hot… After walking along a dried-up river, we reached a gate, through which the kids passed easily (not fair!). Our guide, Manolo, cut down the metal wire holding the fence shut with pliers and we passed through. He then explained (in Spanish, so I might have some of it wrong) that the land is NOT private and that the owners should therefore NOT lock visitors out. Hm… not private? But owner? Anywho, he added that were fine because it’s not hunting season. Or maybe he said it was, I didn’t get everything.


The landscape was rather similar to Los Molinos, very dry, argyle and sand colored ground with little vegetation (or so I thought) other than shrubs, alcornocales and olive trees, spiky flowers and scratchy grass that leave… pipicks all over your trousers or whatever you want to call these sticky needle balls of flowers. Africa, a woman who teaches at an elementary colegio in Sevilla, somehow managed to accumulate a bagful of branches and leaves from about 50 different plants and shrubs and trees to show her kids at school.




The walk mostly went up a gentle slope, but near the middle, before the snack break, it became steeper and steeper. Where there was no “defined” path (most of the way), the ground was rather… holey. As in covered in tons of holes big enough to break an ankle holey”, swiss cheese holey, not “holy”. Let’s just say the smallest of the children did a good part of the walk on daddy’s shoulders.


At a great lookout point, Manolo explained that the mountain range we were looking at had some of the most peculiar vegetation in the park (which is a-huuuge btw): a blend of the plants you see only south of these mountains, and the plants you find only north of it, because the climate is an average between the two regions. There was a huge pile of alcornocal tree bark to our left, probably waiting to be loaded on mules and flattened with heat for industrial use… grabbed a little piece of cork as a free souvenir! We arrived to the end point of the walk I did with Claire and Bob the previous day, where many groups were having lunch. Half and hour-ish later we were sitting in the cafeteria of the camping, having a beer and some croquetas (look like big cheese sticks, but with mashed… chicken, I think, inside).




I learned more about the Spanish language than about the natural park that day, as Manolo’s explanations were explained too fast, but I met a lot of interesting folks who were willing to speak slowly for me. Always appreciated! Africa invited me over to her place in Sevilla if I ever want to visit the city with her. I met a guy named Israel who studies in Sevilla but turns up in Alcalá most weekends AND he’s close to my age and has friends my age in Alcalá! Ooh, this is getting somewhere!


In fact, I went for a beer later on at the Siglo XXI, down at the Paseo de la Playa, with Israel and two of his friends (Solema and… Carlos?). Walking back up to my place, we stopped by Israel’s house and I met his sister Alicia and father (whom I realized was with us during the morning’s walk). And even after Israel had gone off to Sevilla with his luggage, I stuck around in their living room, chatting with the sis and dad over a glass of wine and piece of typical local goat cheese (gooood…). Every time I picked up my bag to leave he’d offer me more wine!


Good weekend I say!

Pics from the walk at Los Molinos








Pics from the walk at Los Molinos

10/20/2009

Marché Local & Marche Rurale

Le samedi, 17 octobre 2009

Allez debout paresseuse ! T’avais juste à boire de l’eau hier soir ! Eh sainte que t’apprends pas vite…

Le Marché frais du coin a lieu le samedi et le mercredi près du Paseo de la Playa : beau soleil, plein de kiosques de vêtements de fausses marques, à des prix ridicules. Ici, ils connaissent ça le vent, laisse moi te dire que leurs kiosques sont plus solides que ceux du Marché de la Gare du midi à Bruxelles! C’est là qu'un beau jeune vendeur aux yeux bleux, après m'avoir cruisé un peu, m'a vendu des chaussures à 10 euros qui me font paraître un peu moins touriste. Il y avait une grande table de bonbons, noix et fruits séchés… une autre table d’olives et autres conserves… j’avais la bave au coin de la bouche. Puis, les kiosques de fruits et légumes : qu’est-ce qui est en saison ? je le sais pas. Alors je regarde ce que les autres achètent et je copie. Ici, mon dictionnaire est essentiel. Prochaine fois j’aurai des photos !

J’ai exploité l’hospitalité de Bob et Claire en utilisant leur internet afin de converser avec mes copines canadiennes pour discuter de business sérieuse : kossé qu’on fait à Nowel ! J’ai aussi mes des vidéos en ligne (voir plus bas). Puis, Graham et Russel, deux autres anglos, nous ont rejoints et on est partis pour une marche en campagne. Évidemment, pour se rendre quelque part d’intéressant, il faut faire un sacré boute en char, soit passé le camping à 10-15 minutes d’Alcala. On s’est stationné à la fin d’une route pas qui n’a jamais été terminée. Elle a été construite par des «travailleurs» (mm, prisonniers qu'on fait travailler, payé en bouffe et logement = esclaves?) de l’époque Franco. Intéressant !





Puis, la route devient un sentier qui passe de plaine en bosquet de petits oliviers et d’alcornocales (les arbres à écorce de liège, hence the name of the park : Los Alcornocales). À ce temps-ci de l’année, les paysages sont encore très… sépia, pour pas dire un peu désertiques. Ça craquait sous nos pas et les plantes, toutes aussi piquantes l’une autre l’autre, nous grafignaient les jambes avec leurs épines. Mettons que la végétation que j’ai ramassé pour faire un bouquet de centre de table était dur à trouver et ne plairait pas à tous, mais ! elle ne fanera jamais… c’est déjà sec et croustillant !





Pas beaucoup de grands arbres dans le coin, mais des formations géologiques intéressantes certain ! On a vu une trentaine de vautours en haut des montagnes, des sauterelles aux aisselles bleu brillantes (faut les faire s’envoler pour admirer les couleurs !), un méga mante religieuse, des ossements de ?, des escargots, t’sortes d’affaires, nanana… Ça l’air qu’après la guerre, plein de gens recherchés venaient se cacher dans ce parc naturel pour se sauver des goons de Franco, et les gens des villages environnants venaient leur porter des vivres.

On a atteint la fin du sentier près d’un vieille fondation de maison en pierres, là où une longue clôture de barbelés nous barre le chemin et une belle grande affiche verte de la Consejería de Medio Ambiente nous dit de continuer et que le chemin va jusqu’à Jimena, un autre village à environ 15 km de là. Hm, confusion ? Il semblerait que le terrain est privé, MAIS que si on appelle au bureau du parc naturel et qu’on demande le droit d’accès, grâce à kek processus bureaucratique, on a le droit de passer. Bob semble dire que c’est une légende urbaine, car s’il y a plus de deux étapes au processus, soit 1) nous qui appelle le bureau et 2) le bureau qui appelle le proprio du terrain, «there’s too many possible steps of miscommunication, it’s bound to fail, this is Spain». Dommage !

Au retour, je suis restée chez Claire et Bob pour abuser une fois de plus de leur hospitalité et goûter à leur un délicieux ragoût aux poix chiches et saucisse chorizo (man c’est booon s’t’affaire là! Prochaine soupe/stew/stirfry/n’importequoi que je concocte va couler de gras de chorizo!). Ce soir-là, malgré la fatigue, j’étais déterminée de retourner au El Luca pour pratiquer mon espagnol avec Fernanda, qui travaille là. J’ai fini par parler presque trois heures avec Curro (surnom pour «Francisco» je crois?) au lieu, parce qu’elle était un peu occupée derrière le comptoir, et lui voulait teeellement pratiquer son anglais. J’ai aussi rencontré un Victor et un… Juan Mari? Et un autre Curro aussi… ya ben des Curros ici… Une belle gang en tout cas !

Après un peu trop de contorsion linguistique, généreusement agrémentée de bière, j’ai dit adios au peuple pour aller me coucher, mais pas avant d’avoir donné mon numéro à Curro, qui compte bien me revoir pour pratiquer son anglais… en tk, j’espère que c’est sa seule intention ! Parce que quelqu’un risque d’être déçu !

Chanson du jour: Vamos de paseo ... C'est une vieille tune que Salva chante avec les ptits cocos de 3 ans, mais en plus slow et avec une voix de bariton. À tous les jours vers 13h45, ils sort de la classe avec ses p'tits cocos en fil indienne, tenant chacun le sac-à-dos du précédent, et se batant pour être le premier en ligne qui tient ses mains... je sais pas ce qui est le plus cute, les p'tits boutes ou Salva qui joue la maman canne avec une vingtaine de canetons...

¡GDEV! (¡Gracias a Dios, Es Viernes!)

Le vendredi, 16 octobre 2009

Je peux pas me plaindre que j’ai eu une grosse semaine, mais le feeling du vendredi, quand tout le monde déconne un peu plus, est toujours le fun. English Day a viré au Spanish Day à plusieurs reprises car plusieurs parlent simplement a-rien d’anglais, et 99% des enfants (l’autre 1% étant les mini-brits). J’ai eu droit à une consultation touristique avec Angel, qui m’a suggéré une liste de villages charmants à visiter, et des randonnées intéressantes, suivi d’un alléchant «I have a car, I’ll show you around if you want» Score !

On commence à traduire l’unité 2 et trouver des compléments en anglais. Au menu pour les 3 ans : the color red, inside vs outside, big vs small… Mon exploit de la journée fut m’occuper des p’tits cocos de Salvador quelques minutes avant la fin de la journée pendant qu’ils étaient assis à terre dans l’noir à regarder Peter Pan en espagnol… «Puedo volar, puedo volar!». Ils étaient pas intéressés pentoute. Y’avait un seul p'tit qui regardait le crocodile tic toc tic toc avec fascination… Le p’tit Manuel s’est essayé de s’évader… ou de, ramper de manière semi-latérale vers la porte (comme si je le voyais pas) jusqu’à ce que j’aille le ramasser comme s’il était un cochon d’inde qui se sauvait de son enclos.

Je sais même pas comment dire «reviens icitte toé!» en espagnol… donc quand ils commencent à se tapocher dans un coin, je lâche un «hey!» avec des gros yeux, tout comme je le ferais avec un chien... terrible hein ? Un p’tit s’est tourné vers moi en disant «pipi, pipi!», puis, comme s’ils communiquaient dans une autre langue, ils se sont à peu près tous tournés vers moi, un à un, en disant «pipi!» ou «caca!» pour sortir de la classe. Comme je savais pas comment dire «bullshit!» en espagnol, j’ai dit «despues la pelicula!» (après le film!). Heureusement Salvador est venu à la rescousse parce que j’avais l’impression que c’était pas tous des mensonges...

Puis, alors que j’étais assise en indien au milieu de la pouponnière, la p’tite sangsue morveuse et adorable Elena est venue s’asseoir sur moi, comme si mes jambes croisées étaient un nid, et elle un oiseau duveté qui pèse rien… et j’ai soudainement eu une épiphanie : …uh oh… (non elle ne m’a pas pissée dessus)… uh oh, vite vite bâtit un mur ! TU COMMENCES À T’ATTACHER ! Mais les grands yeux des niños passent à travers la brique comme un esti de bulldozer. Je vais brailler un lac en partant d’ici c’est sûr, j’suis mieux d’essayer de pas y penser jusque-là !

Une si grosse semaine mérite une (hem hem «une») bière à la Parada avec les brits. La nuit allait si bien (et il commençait à faire si frais sur la terrasse de la Parada) qu’on s’est déplacés… l’autre côté de la rue ! au El Luca ! là où il fait plus chaud et ça sent la cigarette. Jann a planté Gabriel au pool… ou l’inverse, je ne sais plus, pendant que je pratiquais mon espagnol avec Fernanda. Puis, Jann a perdu, dieu seul sait comment, 50 euros quelque part dans le bar, qui est plus petit que mon salon. Bravo ! Signe qu’il faut rentrer ? meuh non, il est juste 2h ! Alors on s’en va au San Jorge, le bar irlandais qui est pas irlandais pour une cenne, à trente secondes de marche ! This is turning into the Alcalá de los Gazules Pubcrawl!

Là, on a eu droit à tout un spectacle de danse de Miriam… c’est toute dins épaules ! On voit d’où Charlotte prend sa grâce! On s’est toutes faites cruiser un peu par les hommes du coin, qui, en passant, ont pas pentoute le rythme dans le sang contrairement au stéréotype. Eille, faudrait peut-être rentrer là? 5 heures du matin, je pense qu’on a prouvé notre point-là! On est encore jeunes! Comment j’ai retrouvé mon chemin jusque chez moi? Pas compliqué, tu montes tu montes tu montes, tous les chemins mènent à Rome... euh, à Plaza Alta!

Fin de semana numero 3

Last Thursday (15 oct) Cont’d…

So ! Turns out that three of the six people who’d signed up for the guitar lessons had not showed up last week, which is why we (Bob and I) though there were only three, which is why we hoped we could join. But! the three mystery people DID show up this week, and it’s max 4 peeps per class. Which means that Bob and I (signups number 5 and 6) are out. Sucks to be us, but Raul, the coordinator of the lessons, will attempt to convince the Ayuntamiento to subsidize a second group.

Guitar in hand, hesitating between deception and hope, Bob and I left the center with no plan for the evening. “Hey, let’s play guitar!” I said. And we ended up at Bob’s place, him teaching me the basics of picking and some logic about chords and strings, and about the guitar itself so that I eventually stop viewing the damn thing as 6 pianos that start on a different key… (boxes Julie, that’s the trick! You have to see the frets as series of boxes!)

Feeling enlightened and a bit sore at the fingertips, I went home to my Spanish books.

10/17/2009

Bonne fête papa!


BONNE FÊTE PAPA!

10/15/2009

Aujourd'hui, à Catherine raconte...

Le jeudi, 15 octobre 2009 ... hm, mi-mois, faut que je règle mon compte Visa. Ah et gadon ça, ça fait plus de 2 semaines que je suis ici! ... shit eh?

sorry anglo buddies, I need my french break on my blog. So here I go, in French:

J’ai lu un conte en anglais à une classe des plus petits (3 ans) aujourd’hui!!! (enfin!)
Après l’avoir traduite moi-même de l’espagnol à l’anglais bien sûr. Ça faisait une page sur papier, donc pas long mais assez pour laisser des traces de breaks dans mes shorts. Jk. J’étais honnêtement plus nerveuse par le fait que Salvador serait le premier juge de combien je suis poche avec des ti-…cocos (comme dirait Gen… pour éviter de dire ti-culs) de cet âge-là, que par les ti-cocos eux-mêmes.

Genoux dans l’front (sti qu’y sont basses les chaises de maternelle…), avec toute l’expression faciale que je pouvais... muster-er, une intonation théâtrale et des accents exagérés sur les mots importants, j’ai raconté l’histoire de Pi et Pa qui ont des pouvoirs magiques, une maman fée, un papa magicien, et… qui vont à leur première journée à l’école. Excitant. Je pense qu’ils ont rien compris, malgré qu’on leur avait contée l’histoire en espagnol la veille, ET malgré les simagrées que faisait Salva dans mon champs de vision périphérique, en chuchotant les phrases et mots clés en espagnol et en pointant les images collées au tableau. Je pense même que par boutes, ses chuchotements étaient pas exactement… exacts. (there were many chairs! "¡habia muchos niños!")

Pas grave ! L’idée est de les habituer, déjà à cet âge, à entendre un ou deux mots anglais qu’ils connaissent dans une phrase complète, avec un accent approprié. *ahem-pasceluidelaprofdangla-ahem*… *ahem-quejaitoujourspasrencontrédailleurs-ahem*. *ahem-parcequelleestpastouteafaitslashpaspentoutedaccordaveclideeduprogramebilingueetquelleadoncpastellementenviedyprendrepartnidemerencontrercabenlair-ahem*. *ahem-okmaintenantquecestsortijemeferme-ahem*

J’ai traîné autour, question de donner un coup de main à Salva pendant que les flots dessinaient Pi, Pa, et les autres barbots, euh, personnages… j’espère qu’il y a de l’emploi côté art moderne parce que j’ai vu des choses digne des fameuses bandes grises de... chose. EN TK! pas évident discipliner ces petites choses qui grouillent et gazouillent quand tu sais même pas dire «assois-toi» en espagnol. Tu tournes le dos deux secondes et le premier est debout sur une chaise, le deuxième en dessous de la table, et le troisième est déjà rendu au secrétariat.

Et c’est encore plus dur de communiquer avec eux quand tout ce que tu comprends du gurgle baveux qui sort du p’tit visage aux grands yeux bruns est « blurdjalafz ? ». Je me sentais comme Marvin dans Finding Nemo « you’re really cute but… I can’t understand a WORD you’re saying ! ». Je commence à connaître quelques noms, dont Elena, la sangsue morveuse la plus adorable au monde. Je me demandais pourquoi certains cocos portaient une petit chemise bleu genre jaquette d’hôpital… bave, morve, crayons de couleur et bouffe, sans compter les pipis et cacas… même Salva porte un labcoat pendant la journée, et c’est PAS pour faire de la chimie !

Bon, un long récit pour dire pas grand-chose hein ? Comme j’ai pas assez de choses à raconter de ma semaine, voici un portrait de mon quotidien ici, à la Amélie Poulain.

Catherine aime… La siesta entre 15h et 17h-ish, la pause café-té-BOMBÓN, et le vent tiède dans ses couettes.

Catherine n’aime pas… non, elle aime moins : marcher (voir glisser) dans le caca de chien, avoir le front gluant 24h/24h, ni avoir plein de sable dans ses draps propres 2 jours et 3 douches après être allée à la plage.

Elle aime el recreo, prendre una cerveza au Pizarro avec les ex-pats en fin de soirée, descendre jusqu’à l’école par la rue San Juan de Ribera et ses petits escaliers cachés, ainsi que bronzer à poil dans l’intimité de la chambre du haut vers les 16h lorsque le soleil plombe parfaitement bien sur le lit à travers la porte patio…

Elle aime moins que Levante emporte ses petites pousses de basilique au vent, quand les gens font mal aux chiens/chats errants, et quand le coq du voisin chante à la madrugada (lever du soleil) de chaque fuseau horaire.

Catherine aime le magasin de frutas secas y caramelos, près de La Parada, qui ne ferme jamais et elle aime dire ¡Holá! à chaque et unique personne qu’elle croise, et recevoir un sourire.

Elle n’aime surtout pas se faire siffler ou appeler comme un chien… (le prochain va voir que je jappe. Et que je mords aussi des fois.)

Elle aime, par contre, les vieilles dames, ridées comme des pruneaux, qui se bercent dans leur cadre de porte en regardant passer les gens.

Catherine est pas forte forte sur manger seule, boire seule ou vivre seule tout court. Y’avait un chaton qui traînait autour de l’école l’autre jour… peut-être que je pourrais…


Song of the day : Harrowdown Hill – Thom Yorke
(je me suis promise d'éviter radiohead au moins une autre semaine, so here it is, au lieu, une tune de l'album solo de Thom Yorke. nahaha.)

Quelques photos...

Ma première brassée: cycle de séchage, 15 minutes au vent, et on perd autant de bas que dans une sécheuse... sauf que cette fois c'est un peu moins mystérieux.

Arcos de la Frontera: Magasin de souvenirs en céramique, bois, platre, fait par des étudiatns. J'ai bien aimé le cendrier qui dit "Fuma menos, coño"




10/12/2009

El Palmar

Le dimanche, 11 octobre 2009

Une autre belle journée à la plage avec la p'tite famille De Kadt (Jenny, Gabriel, Emil, Lucas and Oscar). Et il y avait a-beaucoup de vent messieurs dames ! On m’avait parlé du Levante, le vent de l’est, et que s’il venait, il venait pour une semaine et fallait attacher sa tuque (ou à la plage, son chapeau de paille). Si t’avais fait l’erreur de pas te mettre de la crème solaire AVANT d’arriver à la plage, tu te retrouvais dans la même situation qu’une grosse cuisse de poulet gluante qu’on roule dans la farine avant de faire frire. Et crème solaire ou pas, ça prend pas de temps que t'as plein de sable dans tout tes orifices (je déteste ce mot, mais pense que c’est le seul qui incluse même le nombril). Ton lunch, quoi qu’il soit, devient une notch plus croustillant. Ça ajoute du crunch à la sandwich, quoi. En tournant le dos au Levante, tu reçois un massage du sable qui picote et tu formes une croûte de sable dans le fond de la chevelure.

La guitare est devenue un maraccas géant en deux temps trois mouvement, et j’ai même découvert que le vent pouvait faire chanter les cordes ! Les vibrations causées par le vent sonnaient comme une musique d’ambiance zen que tu retrouves dans les magasins de cossins nouvel-âge… je changeais les accords en appuyant sur une corde à la fois, et quand je pognais un bon angle avec le vent, et que l’amplitude de la vibration atteignait son max, le son était surprenament fort ! (eh oui, la scientifique en moi était toute excitée! ça m'a occupée pour un méchant boute.)

L’eau était moins chaude que la dernière fois et il y avait moins de vagues. On a enterré les ti-gars dans le sable, et sculpté de tas de sable en un requin géant en train de bouffer Emil. Kodak moment ! Malheureusement j’ai pas osé sortir ma caméra avec tout le sable, mes craques à moi étaient suffisamment pleines de sable sans que ça se ramasse dans ma caméra itoo. Mais Gabriel en a pris PLEIN, genre le papa qui prendre un million de photos de ses ti-pouts de peur qu’ils grandissent trop vite: « souris ! *click* fait allo ! *click* saute dans l’eau ! *click* kick les vagues ! *click* tourne en rond ! *click* une backflip ! *click* la macarena! *click*...»

Dans la voiture qui ramenait tout ce beau monde et beaucoup de sable à Alcalá, les enfants (ok ok, incluant moi) se sont faits confisquer un boute de bois qui nous entertainait un peu trop. J’apprécie toujours les petits tours d’auto, surtout quand ya Manu Chao qui joue, un ptit coco blond endormi à côté, et une vue époustouflante partout autour. Eh oui, les collines et les éoliennes m’émerveillent, comme toujours, et j’ai bien hâte de voir ça au printemps quand le sépia vire au vert et jaune… et bleu et rose dans les champs de fleurs ça l’air… au moins j’aurai pas à attendre si longtemps pour voir les orangers se munir de fruits dans le Paseo de la Playa, la place principale du village!

J’ai résisté l’envie de me gratter le cuire chevelu jusqu’à ce que je prenne ma douche pour ne pas faire dégringoler une demie plage dans la voiture, j’ai rincé mon maillot de bain « noir » (blanc de sel) et me suis brossées les dents pleines de grains de sable. Ensuite, une bière avec Gabriel au El Luca, où j’ai rencontré Christóbal, un type très intéressant qui travaille depuis 30 ans au Dominguito (un autre bar) et qui parle LENTEMENT en español.

Une belle soirée pour apprendre des nouveaux mots (pisha, coño…), rencontrer du bon monde, et reposer la peau fatiguée par le soleil. Oui maman je mets de la crème solaire.

Chanson du jour : La Vida Tombola – Manu Chao

Arcos de la Frontera

Le samedi, 10 octobre 2009

The evenings down at the Pizarro or at La Parada, bebiendo cerveza con los Ingleses (drinking beer with the brits) are refreshing... and very useful! Not only do I get to speak in English at a normal speed, but I also find out about events and guitar lessons and people of Alcalá. I’ve also started to invite myself to hitch a ride with the brits when they drive out of town.

Like Saturday for example! Tony and Nicola had errands to run somewhere a bit farther than Arcos de la Frontera, so they dropped me off in the village and picked me up on their way back! Ok, I was only there two hours, but it was a wonderful two hours in a bright white labyrinth of cobbled stone streets, and their was an impressive view from up in the center (Arcos is built at the top of a cliff). As it was the siesta (14h-16h), I didn’t see many people other than tourists, and only a few touristy pubs and restaurants were open in the center. I’ll have to go back one day during the evening… hm, sounds familiar. Didn’t I say that about Jerez?

pics coming up!

Song of the day: Al Alba – José Mercé

10/10/2009

Networking in Jerez

Le mercredi, 7 octobre 2009

C’est grâce au super BBQ de la semaine précédente que j’ai pu me pogner une ride avec Jann et Miriam pour aller à Jerez de la Frontera. Pourquoi Jerez en ce merveilleux mercredi ensoleillé ? Pour une rencontre des assistants de langue de la province de Cadiz ! Le bord de la route est parsemé de tas de cactus par-ci et de palmiers par là. Je suis une fois de plus enchantée par la beauté des centaines d’éoliennes sur les collines (plusieurs ne sont pas d’accord, moi je trouve ça charmant ! Pas très rustique non, mais romantique oui…) Arrivée à Jerez, je fais mon chemin jusqu’au Jerez Tryp Hotel, oú je spot tout de suite une ou deux paires de running shoes et de sac-à-dos confos. Je suis clairement à la bonne place !

Quand j’ai reçu la lettre pour cette journée d’information, j’ai « entre el 5 y el 8 de octubre » donc j’ai pensé « all right, 3 jours dans un hôtel de Jerez avec d’autres jeunes de mon âge ! ». Mais les détails qui sont venus plus tard précisaient le 6 octobre, de 10h30 à 13h30. Bon, alors c’est pas 3 jours, c’est 3 heures. Je suis mieux d’être vite sul crayon si je veux faire du networking ! J’ai rencontré les 2 seuls Français de la place, Clément et Coralie, et me suis assise avec eux tout de suite parce que parler français me manquait ben gros. La présentation c’est passé 100% en español, Ce qui était ben cool tant que c’était Carmen Sotelino qui parlait. Quand les deux autres madames sont parties avec leur Castillan… non, leur Andaluz, ooooooouuuubliiie ça oublie ça oublie ça. Une fille à levé la main à un moment donné et a demandé, avec un ton de panique, de parler ¡mucho más despacio por favor!

Première partie : notre job en tant que assistants de langue. Le plus le fun bien sûr, qui était d’enseigner aux enfants en classe, est réservé plutôt aux écoles qui sont pas dans leur première année du programme bilingue. Elle a répété au moins deux fois “el año cero es para observar, pensar y creer material”. Mm-hm. Regarde-moi ben aller aux récrés toi. Deuxième partie : paperasse. Assurance maladie (tiquiète toi pas moman, je reçois ma carte par la poste bentôt et j’ai un carte temporaire entre temps), compte de banque, et la partie importante, le N.I.E., mon document qui me permet de rester ici genre. Ben imaginez vous donc que, avec la tête bourrée de français, anglais et andaluz, j’ai manqué le p’tit boute de phrase « en passant, si vous avez votre photocopie de passeport et le formulaire ici, on peut les prendre et aller au Oficina de Extranjeros pour vous et vous shipper ça par la poste! ». On m’a mentionné ça plus tard alors que je prenais une bière avec des américains, ah ben shit. Va falloir que j’aille à Cadiz en personne. Encore.

Comme j’ai pas appris grand-chose de nouveau à cette présentation (à part que mon español, voir paragraphe précédent), j’ai sauté sur l’occasion pour demander à des voisins de table anglos des suggestions de comptines pour enfant qui sont pas traumatisante. Parce que 1- ayant été élevée par des parents francophones, je connais que des comptines en français, et 2- maudit que je trouve les comptines anglaises sadiques desfois !

Humpty Dumpty sat on a wall,
Humpty Dumpty had a great fall.
All the king's horses,
And all the king's men,
Couldn't put Humpty together again.

Crime... y'est mort! C'est pas ben joyeux. Avec une belle liste en main (c’est tu juste moi ou trois tiers des comptines parlent de moutons ?), je joint les autres pour le « lunch ». C'était que du finger food. Et de l’alcool ! Ceci garde les assistants de langue autour un peu plus longtemps, du moins assez longtemps pour que ça commence à se répéter where you from ? where you teach here ? d’you live there to ? what age to you teach ? how’s your spanish ? C'est drôle le réflexe du monde quand je dit que j'enseigne à Alcala et que je VIS là, c'est de la pitié...

Je me met à la chasse aux personnes qui auraient envie de visiter, car le seul bus que je peux prendre est à 19h45, et je trouve tout un groupe qui sortait aller prendre une bière. Ou deux. Comme c’était l’heure de la siesta qui commençait (14h-14h30 ish) on avait pas ben des choix de bars. J’ai rencontré quelques personnes intéressantes dans le groupe, dont un Tyler américain qui vit à El Puerto de Santa Maria et qui est ben fan d'Obama, ainsi qu’une Emma qui avait un nombre suprenant de choses en commun avec moi.

On a tenté de trouver un bar à tapas ouvert, sans succès… la siesta est longue en Espagne, ya pas grand-chose d’ouvert entre 14h et 18h, voir même 20h pour certains pubs et restos. On abouti à l’appartement d’un des gars, Reuben, et horreur, on s’écrase devant la télévision à regarder des émissions connes de concours de ninjas oú des gars bâtis au coton font des courses à obstacles. J’ai failli crisser mon camp en bon français mais éventuellement tous ont eu un p'tit creux, alors on se décolle le péteu du sofa et on va au supermarché. (C’était le plus grand magasin oú j'allais à date, j’en ai donc profité pour acheter des choses que je n’avais pas trouvé ailleurs : de la moutarde de dijon, et du basilique en flocons ! en fait j’avais sûrement déjà passé tout droit devant le basilique parce que je savais pas que c’était albahaca en espagnol…).

On retourne chez Reuben pour faire cuire de la piz au four et prendre un verre de « poor man’s sangria » (coca cheap + vin rouge cheap = …euh… drôle de goût… ça goûte… du coca cheap et du vin rouge cheap. Voilà, quoi.) Pas tellement le temps de goûter à la deuxième pizza, je fais des adieux à tout le monde et je m’enligne vers la station de bus pour prendre le dernier bus vers Algeciras, qui passe par Alcalá. Selon un des gars, c’est à environ 20 minutes du marche. Yah right 20 minutes ! Ça m’a pris 30 minutes me rendre et j’ai presque couru ! Heureusement que les bus partent toujours un peu en retard en Espagne parce que j’aurais été pognée à Jerez ! Bon ok, avec genre 10 numéros de téléphone de monde qui vivent ici dans ma poche mais pareil. Bref, ma visite de la ville était nulle donc, j'ai visité un pub, un apart et un supermarché. Eh ben, va falloir que j'y retourne quand c’est pas l’heure de la siesta. Et avec des espagnols, pas des américains.

À part ça ! J’ai une guitare classique ! Empruntée de Gabriel. Temporairement. En attendant que Jann répare SA guitare classique et me la prête pour l’année. (il restait plus que trois cordes et cinq… eux… cossins qui tight les cordes… en fait il a acheté un set de cordes à Jerez et il manquait la numéro 2 dans le paquet ! C’est tu pas chiant ou quoi !). Donc je rebâtis tranquillement ma corne en jouant les mêmes quelques tunes que je connais, assise sur mon toit terrasse avec le vent dans les cheveux. Je vais peut-être utiliser ça pour essayer de rencontrer mes voisins, assise dans mon cadre de porte avec ma guitare, tel le flûtiste avec les rats du royaume… hm… ça sonne pas très gentil ça…

Mardi je m’inscris à un cours de guitare classique, spécialisation flamenco! Watch out! Va falloir que j'apprene à compter jusqu'à douze... mais pas n'importe coment, comme suit: uno-DOS-uno-dos-TRES-cuatro-cinco-SEIS-siete-OCHO-nueve-DIES et ainsi de suite... J’ESPÈRE pouvoir m’inscrire, car jeudi soir, au premier cours, quand on est allés donner nos noms moi et Bob (un anglais du village), l’enseignant a dit « il faut aller remplir le formulaire officiel à l’hôtel de ville, et je sais pas si ils vont vous laisser car beaucoup de gens veulent s’inscrire et vous êtes pas d’ici et ils veulent laisser la priorité aux résidents du village bla bla bla blureaucracie...», eille, beaucoup de gens mon cul. Sans moi et Bob y’avait UN gars au cours. Sont ben mieux de nous laisser… Tk ! des quatres présents au cours, y’avais Bob qui a fait 30 ans de jazz pour le fun, un autre gars qui joue depuis 3 ans, moi qui peut pas faire du picking pour 2 cennes, et Alejandro, l’enseignant, jeune et sympathique, qui est un fucking Dieu de la guitare classique… J'ai peut-être dit ça de d'autre monde dans ma vie! Scuze Joseph, scuze Mauri, I take it back! C'est lui le seul et unique Dieu! C’était plus une session show off pour montrer les différents styles de musique qu’on allait voire que un cours. Mais c’était impressionnant en siouplaît, j’ai regretté de pas avoir apporté ma caméra (papa, t’aurais ca-po-té tiiiiight!). Ses ongles de la main droite était un peu dégeu par contre.

So that’s the scoop for now.

La chanson du jour est un vieux hit, je l'ai choisi parce que je la trouve ben l'fun à la guitare! (note to Julie! couplets: Am, Dm, E7, refrain: C, G, Am, E7, F, C G), puis comme on est dans le thème...:
The Way - Fastball

La playa...

Le dimanche, 4 octobre 2009

C’était que du soleil à planche (et autant de crème solaire graisseuse), des vagues salées (qui nettoient les sinus t’es manges dans face), du sable doux (quand tu l’as pas dans craque), et des totons à l’air (pas les miens). J’ai tenté de bâtir un château avec de l’eau qui passe tout autour, sans succès. Honnêtement, ya pas grand-chose à raconter ici ! Une photo vaut mille mots :

10/08/2009

Cadiz

Le samedi, 3 octobre 2009


Le bus pour aller à Cadiz passe à 9h ou…16h. Donc faut pas le manquer hein ! Ah puis il passe parfois un peu tôt, parfois un peu en retard… y’a pas non plus un arrêt officiel, c’est plutôt «en face du resto La Parada, où la rue devient plus large». Ne sachant pas si Cadiz c’est le dernier arrêt ou pas, je tiens au bord de mon siège à chaque entrée de ville (village) les yeux rivés sur les pancartes pour pas manquer mon arrêt. Comme de raison, c’est le dernier, et il faudrait être vraiment sans-dessein pour le manquer, vous voyez, Cadiz est bâtie sur une presqu’île, donc pour s’y rendre on doit prendre une route entourée d’eau, littéralement construite sur une strippe de terre. Déconcertant et magnifique en même temps !


Bienvenue à Cadiz !!! Ahhhhhh... l’océan de tous les côtés… du bleu à perte de vue, une architecture aux couleurs arabes, et des tourisssstes. Eh oui, je ne suis plus à Alcalá! Je ne suis qu’une parmi tant d’autres qui empestent la crème solaire et se promènent avec un bon backpack et un papier plié en douze à la main. Au moins je prends la peine de cacher ma caméra dans une poche. Ce n’est cependant pas suffisant pour éviter de me faire approcher en anglais, oui oui, TROIS FOIS en une journée!


Avant tout, la Catedral de Cadiz. Quel contraste avec tout ce que j’ai pu voir en France, en Belgique, en Allemagne… la façade en pierres blanches donne l’impression qu’il fait encore PLUS soleil (si possible) et le dôme doré reflète aussi la lumière comme un flash de caméra. Ensuite, visite de ruines romaines d’un amphithéâtre où je pogne une jasette avec 3 vieilles Québecoises. Je me rend compte immédiatement combien ça me manque de parler en français.


Catedral de Cadiz


Ruines romaines...


Puis, je décide qu’il fait trop chaud pour ne pas aller à l’eau donc je marche marche marche jusqu’à la plage la plus proche : Playa de la Caleta, qui est entre deux château. Par curiosité, je prends le petit sentier de pierres bâti sur l’eau qui mène au Castillo de San Sebastián, mais le château est fermé. Ben oui toi, les visites arrêtaient le 30 septembre, it's the "low season"... Playa it is then!


The tricky part when you travel alone is… who will watch your stuff while you swim? («Ay! Je vais les surrrveiller vos affairrrres moi! Rrrra-ra-ra-ra-rah !» - Pérusse) So I find a group of old Spanish ladies and ask them politely if they can watch it while I swim, and they did! I mean, old ladies can be robbers to, but I had a good feeling about them. Warm water, fun waves, seashells, sand… ahhh, how nice. Too bad I have no one to share the fun with…


I then find a grocery store to buy my typical “picnic in a park” food, minus the cheese as it’s bad and expensive here. And minus the wine because I don’t drink alone. El Parque Genoves turns out to be a great spot to snack on a bench while watching kids running and yelling in Spanish. I notice that there are a LOT of a-good-a-lookin, young... dads. Must be the tan. AND the fact that they don’t mind at all carrying a little pink bike in one hand and a baby in the other muscular, tattooed arm. There’s something charming about that! I make my way to the Mercado Central, a rather big, covered fresh market, to pretend to buy things (I did get dates!). In the Plaza de las Flores, where they sell flowers and plants galore, I buy basil seeds. Only to decide after that I’d rather buy the plant itself than try to make it grow from a seed…


I meet three randoms in Plaza de las Flores: one Irish sleeping on a bench next to one French who looks like a combination of many actors including Mel Gibson in Braveheart, and one Brit, who is the first one to talk to me. Interesting fellow! He’s lived here there and everywhere, worked for the military, been in Iraq and JUST arrived from Morocco via boat with the little money he had left (he actually had to beg for pennies at the port so he could buy his ticket). The guy had big plans to go to South America and work as a security person for the wealthy, then open a center to get kids and teenagers out of the streets… Great plans, no money. I suggest he start teaching English in Cadiz, you know, put up posters with your number or… well if you don’t have a phone number (or an address for that matter…) you can write “everyday at 2 o’clock in la Plaza de la Flores” and see who shows up!

Curious looking blocks



Wow... this picture is so crooked... you'd think I sneezed as I took it.


I move on to buy a cool drink in a grocery store, and some girl smiles to me as I think “zut, how do you say “do I know you” in Spanish…”… but then she says “So! Where are YOU from!”. Whaaaa? I ask her if I have tourist on my forhead and she says “Girl, you got hiking sandals and a comfortable backpack, you are so not from here.” Fine! I’ll get new sandals! So her name is Rihannan and she is, guess what, and language assistant in Cadiz! We walk towards her place as she tells me about trying to teach English to a class of forty 3 yr olds. FORTY! She lives in a great flat in the center with four other Spanish girls and pays a big 140 euros a month (twice less… huh, half! of what I pay in Alcalá).


We end up going to the beach together before I head back towards the bus station. Old ladies watch our bags again as we crash in the waves and try not to lose our bathing suits (I reeaaally need something more solid for those waves… or go topless like most women do... young ones to actually!). I cook in the sun long enough to dry a bit and run off to the station after exchanging numbers with Rihannan. Goodbye, nice to know ya!


Well, I completely missed my goal to strike up random conversations with Spaniards, but I sure did meet a lot of people! With all that sun and wave jumping, I’m rather sleepy. Then I receive a message from Jenny “going to the beach tomorrow with the boys, wanna tag along?”… suuuuuure!


10/06/2009

Une copple de photos!

Un petit coucher de soleil (vue de mon toit terrasse)
Une ruelle parmi tant d'autres

Charlotte et Jan! (belges)


The brits dans tout leur charme...


La vue du sommet de la colline, derrière le château en ruines...


Cactus, palmiers, grosses fleurs exotiques, bring it on...


Mon chez moi!

Mon village! (vue de mon toit terrasse, oh yea...)